Blog d'Etude de la Culture Visuelle Moderne

Ce Blog porte principalement sur les mangas et l'animation japonaise. Vous y trouverez des fiches descriptives euphorisantes et des critiques transcendantales de ces oeuvres marquantes et singulières qui nous viennent du Pays du Soleil Levant.

14 janvier 2010

Onani Master Kurosawa

Onani Master Kurosawa

de Ise Katsura et Yoko

Japon : 4 tomes (série terminée) - doujin (manga amateur) - 2005

onanimasterkurosawa04

Une petite présentation de ce manga d'exception, mélangée aux vapeurs délirantes d'un rêve un peu fou, qui m'est apparu l'espace d'un instant, à la suite de la lecture de cet article fort intéressant.

Histoire :

Sens de lecture japonais.

onaniparodie01

onaniparodie02

onaniparodie03

Critique:

onaniparodie04

onaniparodie05

onaniparodie06

onaniparodie07

onaniparodie08

onaniparodie09

onaniparodie10

onaniparodie11

onaniparodie12

Articles (plus ou moins) en rapport avec celui-ci :


Commentaires

    Bravo.

    Joli idée, très beau billet.

    Posté par Nemotaku, 15 janvier 2010 à 01:26
  • l'espoir fait vivre chez les nolife.

    Posté par Rukawa, 15 janvier 2010 à 02:11
  • Je suis...sous le charme T_T très beau billet, très fun, très bien fait bref "clap clap" (/bravo)

    Posté par Dragonkill, 15 janvier 2010 à 08:48
  • Deuz, même quand il prend un sujet évoqué sur plein de blogs, arrive à faire quelque chose de différent : o

    Posté par MimS, 15 janvier 2010 à 11:58
  • Extra ! Ce billet est génial ^^!

    Posté par 4rca, 15 janvier 2010 à 12:12
  • Haha

    Dingue comme les images collent bien avec le texte ou l'inverse.

    Joli boulot en tous cas.

    Posté par Axel Terizaki, 15 janvier 2010 à 17:46
  • BABYFUCK ?

    Posté par Amo, 15 janvier 2010 à 17:55
  • Jerry Golay, en tout cas j'étais persuadé que tout ce buzz sur Onani Master Kurosawa était a prendre au second degré mais au vu des scan la série a l'air pas mal du tout (le chara design tout du moins) grace a toi je vais bouquiner tout ça se soir, ça se lit d'une main ou c'est plus du genre intelectuel ?

    Posté par Viral, 15 janvier 2010 à 18:31
  • Rukawa : N'étant pas vraiment moi-même un nolife, je dirais plutôt que l'espoir fait vivre tout court, et tout le monde (sans ironie). Ou peut-être la tournure inverse : tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. En tout cas, c'est beau de rêver et même si mes ambitions ne se réaliseront peut-être pas, je suis déjà heureux de pouvoir en avoir ^^
    Viral : je répond un peu tard et tu as peut-être déjà commencé ta lecture, mais au cas où : ce n'est pas du tout intellectuel (dans le sens prise de tête) mais néanmoins très intelligent. En fait, c'est surtout d'une grande force émotionelle. Et si jamais tu ne trouves pas le début sensationnel, il te faut quand même continuer : tu ne le regretteras pas, c'est promis (et il n'y a que 4 tomes en plus, ça se dévore en une nuit).
    Tous les autres : Un grand merci pour vos commentaires qui me font chaud au coeur, sincèrement (Mims : tu vas finir par me faire rougir, lol).

    Posté par Deuz, 16 janvier 2010 à 00:35
  • Ha ! Et Amo : Le baby fuck, c'est un fuck du petit doigt. Mais je ne sais plus si j'ai entendu ça quelque part ou si c'est une pure invention de ma part. En tout cas, vu l'image, ça me faisait marrer ^^

    Posté par Deuz, 16 janvier 2010 à 00:41
  • Précisions

    @Viral : ça se lit d'une main. Avec l'autre, tu attrapes ta trom…

    @Deuz : le « baby fuck » vient d'un manga pas très correct qui parle d'une esclave qui ne meurt pas et qui passe son temps à subir les sévices de sa maîtresse. À la fin, il y a une scène où un personnage crie « baby fuck. » Et en plus, il le fait.
    Pas un grand moment de littérature…

    PS : désolé si je poste en double, je ne sais pas si mon envoi a raté, ou si tu modères.

    P!

    Posté par Pied, 17 janvier 2010 à 15:47
  • Faudrait que tu m'expliques cette fixation sur un rapport entre Inio Asano et Onani Master Kurosawa. Sinon vraiment sympa comme adaptation c'est sûr que de foutre ces planches en pleine gueule du visiteur est le meilleur moyen de le faire craquer! Et si ce manga est édité un jour, joie. Mais je suis diable sceptique.

    Posté par Sirius, 18 janvier 2010 à 21:13
  • Hu hu hu !

    Hum... Difficile de commenter un tel "article" sans être complètement et vainement dithyrambique. (Vainement, parce que les réactions des autres sont déjà suffisamment éloquentes. Il me semble.)

    Mais bref. C'est assez génial ! Drôle et tout... Je suis jaloux !

    Sinon concernant ta volonté d'éditer Onani Master Kurosawa : "Just Do It". (Je risque un procès pour ça ?)

    Et voir que mon article donne de (très) bonnes idées à des gens... *Joie*

    Tu es déjà mon héros pour cette version 2.0 d'OMK mais si tu réussis à vraiment l'éditer... Tu seras mon super-héros. Et c'est pas rien.

    En bref :

    - Bon courage.
    - Bonne chance.
    - May the force be with you. (Je suis dans la petite phrase en anglais, là)

    Et moi, je ne suis pas sceptique. Ce n'est pas tous les jours qu'on vit un tel choc que celui que m'a procuré la lecture d'OMK, ce titre ne peut pas rester dans les méandres de l'internet indéfiniment.

    Bon, j'y vais. J'ai piscine. ^^

    Posté par Putois Putassier, 19 janvier 2010 à 13:27
  • Pied : L'expression "baby fuck" est donc une simple création de mon esprit dérangé qui, pure coïncidence, a cependant déjà été inventée et utilisée dans un autre contexte et par une autre personne, apparemment bien plus déviante que moi d'ailleurs.

    Sirius : Onani Master Kurosawa, tout comme les oeuvres d'Asano que j'ai pu lire, s'intéresse au thème du passage à l'âge adulte, celui-ci s'effectuant souvent dans une certaine souffrance et prenant généralement des allures de renaissance, voire de rédemption ; d'où la comparaison.

    Putois Putassier : Merci pour tes encouragements et pour ton propre article qui a provoqué un tel déclic dans ma petite tête de rêveur un peu naïf. Je vais essayer de faire de mon mieux pour ne pas décevoir tes attentes ^^

    Posté par Deuz, 19 janvier 2010 à 17:50
  • Une référence: un énorme chemin parcouru en 4 volumes. On part de l'habitude pathétique de notre fringant héros pour aller bien plus loin. L'évolution du synopsis est énorme, de désespérant ça devient foutrement psychologique, exemplaire, optimiste...

    A certains moments je pensais voir la fin arriver (surtout que je croyais qu'il n'y avait que 22 chapitres à un moment) mais le mangaka m'a bien surpris. La fin tarde un peu mais c'est mérité.

    C'est ton billet, ajouté aux appels précédents sur d'autres blogs, qui ont mis la machine en branle, si je puis dire !

    Posté par le gritche, 19 janvier 2010 à 20:47
  • thanks

    thanks

    Posté par louboutin pumps, 27 mai 2010 à 09:30

Poster un commentaire