Blog d'Etude de la Culture Visuelle Moderne

Ce Blog porte principalement sur les mangas et l'animation japonaise. Vous y trouverez des fiches descriptives euphorisantes et des critiques transcendantales de ces oeuvres marquantes et singulières qui nous viennent du Pays du Soleil Levant.

30 décembre 2009

Solanin

Solanin

de Inio Asano

Japon : 2 tomes (série terminée) - Shogakukan - 2005

France : 2 tomes (série terminée) - Kana - 2007/2008

solanin01

Histoire:

Même si depuis quelques temps (depuis un certain événement et un important changement dans ma vie), je suis devenu quelqu'un de beaucoup plus sensible qu'auparavant et qui peut, par conséquent, avoir assez facilement les larmes aux yeux devant un bon film ou en écoutant une musique particulièrement poignante ; je n'ai, pour autant, encore jamais pleuré en lisant un livre, une bande-dessinée ou un manga, quel qu'il soit. Bien sûr, j'ai déjà été énormément touché par une oeuvre sur papier, et peut-être même plus profondément que par toute autre forme artistique, mais sans que cela n'ait jamais pu réellement faire sortir de lourdes larmes hors de mes petits yeux bouleversés, même lorsque ces derniers étaient néanmoins extrêmement rougis par l'émotion. Peut-être est-ce car il y a, dans le mouvement et dans la musique, quelque chose qui me happe violemment, au point de ne pas me laisser le choix, là où les livres peuvent toujours être refermés à tant, nous permettre, ne serait-ce qu'un millième de seconde, de regarder ailleurs et d'ainsi relâcher partiellement toute la tension accumulée jusqu'alors. Enfin, loin de moi l'idée de développer ici des théories fumeuses sur les rouages du procédé de lecture ou autre, je veux juste dire que je n'ai jamais concrètement et physiquement pleuré devant un livre... Jamais...

solanin02

Critique:

... Jusqu'à ce que je lise Solanin. Tout, dans les deux tomes de ce splendide manga, absolument tout, se trouve être en parfaite harmonie avec mes joies et mes angoisses, mon présent et mon passé, mes rêves et mes douleurs, ma tête et mon coeur, l'ensemble même de ce qu'est aujourd'hui ma vie. Je ne parle pas de simples coïncidences sur de légers détails, mais d'une énergie générale, d'un souffle qui se répand constamment dans les diverses pages de cette oeuvre et qui correspond totalement à celui qui traverse encore mon crâne vide et mes membres fatigués à l'instant précis où j'écris ces lignes. Comme Inio Asano l'est sûrement lui-même, je suis une étrange combinaison de tous les personnages de cette histoire et chacun d'entre eux à la fois : je suis leurs visages tristes et souriants, je suis leurs déambulations aveugles et hésitantes, je suis leurs interrogations persistantes et paralysantes, je suis leurs existences universelles et transcendantes, je suis Solanin. A la recherche d'un absolu inatteignable, à la croisée de la vie et de la mort, le temps d'une courte et unique respiration, dans l'espace immense de nos désirs éttoufés et de nos égos entrelacés, une illusion apparaît et disparaît, aussi vite que passe l'une de nos futiles pensées : ma guitare à côté de mon lit qui attend d'être rebranchée, un amour que je ne pourrai jamais abandonner, le souvenir d'un ami mort et enterré... Solanin a tout fait remonter... Solanin m'a fait pleurer.

solanin06

solanin05

solanin04

Articles (plus ou moins) en rapport avec celui-ci :


Commentaires

    Chef d'Oeuvre

    Une petite BD en 2 tomes, mais extrêmement puissante! Asano nous livre ici ce qui est, à mon avis, sa meilleure oeuvre. Une très belle histoire d'amitié et d'amour dans un contexte très peu exploité dans les mangas qui sont publiés dans l'hexagone : l'entrée des jeunes dans la vie active après l'université. Choisir entre ses rêves de jeunesse ou rentrer dans le grand moule social du métro-boulot-dodo, devenir un homme ou rester un NEET, la réponse n'est pas toujours facile et les moyens pour y arriver encore moins.
    Au risque de me faire taper, je présenterai Solanin comme "Honey & Clover" au masculin, mais avec cette touche particulière d'Asano qui nous a surpris et scotché dans "le Quartier de la lumière" ... multiplié par 100.
    Peut être les jeunes lecteurs (10-16 ans) ne saisiront pas toute l'intensité de ce titre qui ne s'adresse pas trop à eux; pour les autres (les vieux), vous feriez mieux de vous jeter sur ce titre au lieu de vous pourrir le cerveau avec ces comédies lycéennes ecchi pour otaku ...

    Posté par Drig, 30 décembre 2009 à 22:43
  • Y'a un peu plus d'un mois, j'ai hésite entre Solanin et Le champ de l'arc-en-ciel.
    J'ai choisi le 2ème. Et, si Solanin est meilleur, c'est qu'Asano est vraiment un génie car la barre est placée très haute là.

    Posté par MimS, 31 décembre 2009 à 00:35
  • Chef d'oeuvre

    Je ne me suis pas autant identifié que toi à l'histoire de Solanin mais ce manga m'a bien ému aussi. C'est beau et humain tout simplement. Ce qui manque énormément dans la production manga. Quand la musique, les cris et les larmes commencent à sortir des pages, c'est magnifique. Et c'est ce qu'est Solanin.

    Posté par Nemotaku, 02 janvier 2010 à 02:18
  • J'adore Asano, j'ai adoré Solanin. J'ai beau ne pas avoir de guitare à rebrancher, ne pas avoir de moitié avec qui m'engueuler, ce manga m'a énormément parlé en raison de son thème : alors qu'on se rend bosser tous les jours, un matin on se lève et on se demande où sont passés nos rêves. Alors qu'on touche un salaire supposé nous permettre l'insouciance et une certaine marge de manœuvre, on se rend compte qu'on n'a jamais été si peu insouciant et qu'on est plus enfermé dans sa vie qu'on ne l'a jamais été.

    Comme c'est du Asano, tout est grave et rien n'est grave, alors ça fait du bien.

    Ceci dit… Je crois que mon Asano préféré reste Un monde formidable. Rien que pour la forme subtile, le style dépouillé, l'élégance absolue du tout, les moments de grâce absolue que sont les conclusions de certaines parties.

    Et il reste le mangaka le plus injustement méconnu en France…

    Posté par Atv', 26 mars 2010 à 22:24
  • Lu!
    Oui je viens poser un commentaire plusieurs mois après mais voilà j'ai enfin en ma possession la série (j'ai mis le temps je sais) et je ne pouvais pas ne pas réagir sur mon blog fav.
    Conclusion:
    Génial évidemment!

    Je pense que c'est assez facile de s'identifier à toute cette foule de personnage, leur histoire est finalement si... banale. Le coup de génie d'Asano est d'avoir réussi à la rendre fascinante, intéressante et touchante.
    Définitivement, Solanin m'a plu pour cela. Cela a comme résonné en moi.

    J'ai envie de lâcher un billet dessus maintenant, ça tombe bien, mon blog est mort x) (même si un article musical est écrit à moitié déjà haha)

    Posté par MimS, 12 mai 2010 à 09:48
  • Ha oui, j'oubliais, désolé pour le double post:
    Accessoirement, j'ai relu l'article et je crois que je vais finir avec un complexe d'infériorité. Même à la relecture, je trouve ton style parfait.
    Je crois que je suis amoureux de ta plume (virtuelle).
    A quand un nouvel article? *_*

    Posté par MimS, 12 mai 2010 à 09:50
  • MimS : Merci pour le compliment ^^ En ce moment je suis en stage dans une boîte et c'est pas mal intensif, d'où mon ralentissement sur la publication d'articles. Mais je compte bientôt (j'espère) écrire un truc sur le dernier Asano, que je viens justement de lire : Le champ de l'arc-en-ciel, Nijigahara holograph.

    Posté par Deuz, 12 mai 2010 à 19:43

Poster un commentaire