Blog d'Etude de la Culture Visuelle Moderne

Ce Blog porte principalement sur les mangas et l'animation japonaise. Vous y trouverez des fiches descriptives euphorisantes et des critiques transcendantales de ces oeuvres marquantes et singulières qui nous viennent du Pays du Soleil Levant.

08 novembre 2009

Sayonara Zetsubô Sensei

Sayonara Zetsubô Sensei

réalisé par Shinbo Akiyuki, d'après le manga de Kumeta Kôji

Japon : 12 épisodes d'environ 25 minutes (série terminée) - Shaft - 2007

sayonara02

Histoire:

Critique:

Je suis tout bonnement incapable d'avoir un avis définitif sur cet étrange animé : à la fois source intarissable d'éclats de rire sensationnels et de grands moments de solitude, d'expérimentations artistiques ingénieuses et d'affreuses migraines psychédéliques, ou encore de réflexions profondes et de tentatives humoristiques parfois proches du niveau zéro des pires blagues de Toto ; Sayonara Zetsubô Sensei est un délire totalement absurde tout aussi jubilatoire que fatiguant, tout autant original qu'exténuant. En roue libre de la première minute jusqu'à la dernière seconde de chaque épisode, le studio Shaft nous livre ici une série bavarde et unique, assourdissante et atypique, qu'il peut sembler préférable de consommer avec une certaine modération, voire à dose homéopathique pour les esprits les plus fragiles. Car de la même manière qu'à l'absorption de gros morceaux de sucre dilués dans un délicieux verre d'absinthe aux couleurs enivrantes, si le plaisir immédiat de l'ivresse est bien ici présent, l'ombre d'une terrible gueule de bois plâne cependant sur nos petites têtes étourdies par la douceur de l'instant. Comme pour une fête de tous les diables où l'âpreté du matin est proportionnelle aux savoureux excès de la veille, Sayonara Zetsubô Sensei est une expérience à double tranchant, pour laquelle il ne tient qu'à chacun de définir si le jeu en vaut réellement la chandelle. Chose que, personnellement et faute de recul nécessaire, je n'arrive pas encore à établir clairement pour le moment. Dans tous les cas, j'encourage tous ceux qui n'ont pas froid aux yeux à se laisser tenter, en toute connaissance de cause, par ce breuvage explosif et déroutant. Et qui sait, peut-être même que vous apprécierez cela au point de vous resservir, presque à l'insu de votre plein gré (tel un Virenque complètement dopé), un dernier verre pour la route, ou juste avant d'aller vous coucher. Sur ce, je vous souhaite à tous une bonne nuit, pleine de beaux rêves alcoolisés et de petites culottes bariolées (gné ?).

sayonara04

sayonara07

sayonara03

sayonara08

sayonara01

Articles (plus ou moins) en rapport avec celui-ci :


Commentaires

    Pour une fois...

    ... je peux poster suite à un de tes articles, car j'avais tenté de regardé cette série. Et je dois dire qu'avec mon copain, nous n'avons pas tenu très longtemps. Je ne pourrais combien d'épisodes, mais le nombre est ridicule.
    Un ennui profond nous avait gagné et contrairement à toi, nous n'avons jamais ri. Du coup, une série stoppée très rapidement. :S

    Posté par IcingSugar, 08 novembre 2009 à 09:12
  • Justement, je suis actuellement en train de regarder cet animé et j'arrive plutôt bien à suivre d'un seul coup(hormis les nombreux textes qu'on ne voit qu'une fraction de secondes). J'aime beaucoup cette série et son humour, la seule chose qui me gêne c'est le fan-service un peu trop débordant à mon gout...quand on en fait trop ça donne quelque chose de pas clair.
    Sinon, l'humour est tout de même universel, donc excepté de nombreuses références parfois incompréhensibles pour nous, on devrait pouvoir rire un bon coup au moins une fois par épisode.

    Posté par Api, 08 novembre 2009 à 10:31
  • délire figé ?

    J'en suis en principe à zan sayonara mais ça veut pas, je ne saurais dire pourquoi avec certitude. La répétition des mêmes codes graphiques et narratifs doit y être pour quelques chose. Ce qu'on peut prendre en premier comme un délire se révèle vite une norme conservatrice répétant ses gimmicks. Ca manque de changement à la base, même si zoku avait pas mal varié les structures si je me souviens bien.

    Je vais bien finir par rempiler parce qu'il y a bien plus de profit à les mater qu'à les décrier.

    Posté par le gritche, 08 novembre 2009 à 14:06
  • On remarquera dans cet article que seule l'image du panty shot a droit au fichier .png.

    Posté par kyouray, 08 novembre 2009 à 15:08
  • IchingSugar: J'ai moi-même parfois dû lutter pour continuer de regarder cette série dont les premiers épisodes m'avaient plutôt déçu. Mais entre de nombreuses scènes absurdes quelques fois lourdes, j'ai aussi souvent trouvé une petite phrase ou un court passage vraiment marrant qui relançait alors mon intérêt. En tout cas, merci pour ce premier commentaire ^^

    Api : Je suis assez d'accord avec toi pour le fan service, ça frise parfois le ridicule (mais je me persuade, peut-être à tort, que c'est sûrement voulu, vu le second degré omniprésent tout au long de la série).

    La gritche : Pour l'instant je n'ai vu que la première saison de Zetsubô Sensei, et c'est vrai que la machine commence déjà à s'enrailler sur la fin. Les interventions attendues et répétées des élèves, avec une réalisation constante, font partie de ces petites choses fatiguantes que peut contenir l'animé. De même, on finit souvent par deviner à l'avance ce qui va rendre notre Monsieur Désespoir (justement) désespéré. L'effet de surprise initiale a ainsi tendance à s'amenuiser au fil des épisodes (mais n'est-ce pas non plus inévitable ?)

    Kyouray : Argh, je suis démasqué. J'avoue : l'image du panty shot, à l'inverse des autres, est directement issue d'une capture d'écran réalisée par mes propres soins. D'où sa meilleure qualité ^^

    Posté par Deuz, 08 novembre 2009 à 21:09
  • Ne t'inquiète pas, ce n'est pas un reproche parce que je suis sûr que tout comme moi, Kyouray, en faisant défiler les screens a dû se prendre à espérer un pantsu-shot de Kobayashi. (La procédurière) C'est tout en étudiant l'image qu'il a par ailleurs compris qu'il s'agissait d'un png. En tout cas, tu nous as à demi desu desu desu.

    Posté par Eacil, 09 novembre 2009 à 17:38

Poster un commentaire